Modélisation de la structure de l’entreprise

 

Le modèle proposé ici ne doit pas être perçu comme le modèle fondamental ou absolu de la structure d’entreprise, mais comme celui qui fait le mieux ressortir les éléments générateurs de crise ou de conflit, leurs effets ainsi que les points d’actions porteurs de réponses.

L’entreprise peut être être perçue comme un ensemble de constituants (individus ou groupes humains) en interaction complexe mais obéissant à des règles dans le but d’atteindre un objectif fixé. Ce groupe interférant avec le milieu dans lequel il évolue.

Pour donner quelques exemples concrets :

Le milieu dans lequel évolue cette structure comprend : les clients, les fournisseurs, les concurrents, le législateur, le consommateur, ….

L’objectif fixé est celui de « servir le marché » selon les modalités décidées par la direction de l’entreprise. Cet objectif premier et les modalités opérationnelles qui l’accompagnent vont ensuite être diffusés de manière plus ou moins formelle, plus ou moins cohérente au niveau de chacun des constituants, sous des formes diverses : objectifs de volumes, de niveau de services, de coûts, … , objectifs de réalisations individuelles, …, objectifs d’utilité sociale, …

Les règles d’interaction visent à maximiser les chances d’atteindre l’objectif fixé ainsi qu’à assurer la cohérence, la performance et le contrôle de l’ensemble : structure hiérarchique, procédures, descriptions de postes, … A noter que nombre des ces règles sont implicites voire inconscientes surtout pour celles qui touchent aux relations humaines, par nature subjectives et fluctuantes : c’est d’ailleurs de la distance entre ce qui est formalisé et ce qui ne l’est pas que vont pouvoir émerger des situations de  crise comme nous le verrons.

 

On comprend que dans ce modèle, la structure avance vers son objectif en étant « pilotée » par l’ensemble des règles d’interaction à l’œuvre entre ses constituants. A chaque perturbation interne ou externe, la structure va tenter de poursuivre sa route sans modifier ces règles, et seulement si nécessaire va tenter de les modifier le plus légèrement possible sans les remettre en cause. Les vrais problèmes commencent lorsqu’aucune adaptation à la règle en vigueur ne permet de rétablir la trajectoire voire le simple équilibre …

Dans l'Actualité: Les outils du DSI: gouvernance, supervision projets, niveaux de services, ...